<![CDATA[Phytopédiatrie - Blog]]>Thu, 22 Feb 2018 05:47:10 -0800Weebly<![CDATA[ENFANT, DESTINATIONS ''SOLEIL'', DIARRHÉE ET GIARDIA LAMBLIA...]]>Sun, 11 Dec 2016 20:42:39 GMThttp://phytopediatrie.com/blog/enfant-destinations-soleil-giardia-lambliaPhoto
Ça y est... nous sommes en hiver!  Nous vivons désormais avec des journées raccourcies saturées par le froid, le vent, la neige et le verglas! Voilà que nous rêvons de soleil, de chaleur et de plage! Une seule pensée… partir pour le sud! Bonne idée, sauf que… Attention! Parfois, souvent, la Giardia vous attends aussi avec impatience! 
 
AH! La diarrhée du voyageur, qui ne connait pas?!
En fait, c'est un protozoaire parasite du tube digestif, la Giardia intestinalis encore appelé Giardia lamblia, qui est à l’origine de cette pathologie dans 25% des cas en Amérique du Nord et Centrale. Malheureusement, les destinations ''soleil'' sont particulièrement à risque! 


De l’évolution à l’infection...

 
Le cycle évolutif de la Giardia se présente ainsi : les kystes pathogènes sont excrétés dans les selles des sujets infectés. De là, ils sont sujets à contaminer les mains, l’eau potable, les aliments et même l’eau des piscines trop pauvrement chlorée. Sachant qu’entre 50 % et 80 % des habitants des pays tropicaux sont porteurs de ce parasite, il est facilement imaginable qu’une hygiène de mauvaise qualité permette une propagation facile. Il ne vous reste qu’à ingérer un aliment ou boire de l’eau contaminés. À ce moment, un kyste pénètre par ingestion au niveau de l’estomac puis dans le duodénum et le jéjunum (intestin grêle), où il s’établit et donne naissance au trophozoite. Son adhérence est tenace par sa structure en ventouse, il recouvre rapidement une grande surface la muqueuse intestinale par la formation et l’élimination dans les selles de nouveaux kystes, lui conférant cette caractéristique ‘’épidémique’’.  
 
L’infection à Giardia dans sa présentation habituelle est bruyante, surtout chez les enfants, puisqu’à l’origine d’épisodes de diarrhées liquides fréquentes, sans fièvre, suivies d’une rémission avec selles normales en quelques jours. Toutefois, il arrive que la maladie se prolonge, se chronicise, on observera alors de la fatigue, de l’inappétence, une perte de poids, un faciès grisâtre, etc. s’expliquant par la malabsorption et la digestion incomplète des aliments, complication habituellement plus fréquente chez l’adulte que chez l’enfant.
 

Prévention et thérapeutique

 
Première recommandation l’HYGIÈNE! Je l’accorde plus facile à dire qu’à faire avec les enfants, mais il est essentiel de veiller à se laver les mains à l’eau savonneuse, fréquemment et impérativement avant les repas et après être aller aux toilettes. Puis, évitez de manger des fruits et légumes crus, dont vous ne pouvez pas retirer la pelure, ces derniers étant pour la plupart rincés à l’eau potable, pas toujours propre… Idem pour les glaçons!  De ce fait, l’eau embouteillé est un bon choix, même pour se brosser les dents.
 
Malgré toutes ces précautions, l’un de vos chérubins est incommodé (vous avez de la chance si ce n’est qu’un membre de la famille!)…
 
Les traitements naturels abondent, les résultats pas toujours au rendez-vous et ce même avec une aromathérapie cornélienne bien conduite. De façon générale la lambliase sera traitée à l’aide de plusieurs remèdes.  Chez l'enfant à partir de 4 ans, l'utilisation du Granions d'Argent à raison de 2 ampoules par jour (matin et soir), puis du Granions de Cuivre une ampoule le midi jusqu’à rétablissement complet, s’avère efficace et sécuritaire. Ne pas attendre de résultat avec d'autres compositions commerciales supposées plus performantes (argent colloïdale, ionisé, etc.) le produit n’agissant que par concentration et contact. Intéressant aussi d’adjoindre à la thérapeutique initiale, quelques gousses d’ail ou un demi oignon broyé, filtré, administré tel quel à la cuillère ou plus facilement dans un jus de raisins / pommes pour les petits. Aussi, l’utilisation du miel et les produits de la ruche de façon prolongée garde toute ma faveur pour leurs indications. À noter que l’allaitement maternel, même si elle n’est pas efficace à 100%, permet une belle protection contre la giardase…
 
 
 Il ne me reste qu'à vous souhaiter BON VOYAGE! :)

Copyright © 2016, Phytopédiatrie par Natacha Soulard
]]>
<![CDATA[REMÈDES NATURELS & PLANTES MÉDICINALES POUR ENFANTS & BÉBÉS]]>Thu, 18 Sep 2014 14:46:11 GMThttp://phytopediatrie.com/blog/remdes-naturels-plantes-mdicinales-pour-enfants-bbs

LES TEINTURE-MÈRES SONT DE RETOUR!


Après un grand succès l'an dernier, voici donc les nouvelles formulations...

* Nervosisme
* États grippaux
* Infections respiratoires
* Inconfort intestinal


Et puisque chaque enfant est différent... les préparations PHYTOPÉDIATRIE sont personnalisées pour VOTRE enfant, appropriée à sa pathologie, à son âge... à sa globalité ! Après une cueillette méticuleuse de fleurs, feuilles, tiges ou racines de nos champs canadiens et européens, sauvages ou biologiques, j'ai élaboré des teinture-mères ultra-concentrées avec un ration de 1:1 (soit une part de plantes fraîches pour une part d'alcool), pour une efficacité supérieure et une prescription facile pour les enfants, quelques gouttes suffisent. Avec le respect scrupuleux de la trinité pharmaceutique ;  qualité,sécurité, efficacité !

Parce que vos enfants méritent bien une thérapeutique unique et individualisée !



Copyright © 2014, Phytopédiatrie par Natacha Soulard
]]>
<![CDATA[LA NATURE, L'ENFANT, LA TIQUE... LA MALADIE DE LYME (BORRÉLIOSE)]]>Sun, 08 Jun 2014 14:39:49 GMThttp://phytopediatrie.com/blog/la-nature-lenfant-la-tique-la-maladie-de-lyme-borrliosePictureLes tiques
La maladie de Lyme, une affection sérieuse,  est causée par une bactérie du type spirochète, le Borrelia burgdoferi et transmise par certaines tiques, les Ixodes ricinus en Europe, scapularis et pacificus en Amérique du Nord. À caractéristique épidémique, la maladie est en franche progression depuis une décennie (3000 à 8000 nouveaux cas chaque année en France). Les tiques sont de petites tailles variant de celle d'un grain de sésame à celle d'un pois, et on estime qu’entre 5% et 20% des tiques seraient infectées selon les régions, mais que seulement 1% transmettraient la maladie. Naturellement, le risque de contracter la maladie de Lyme est plus élevée durant le printemps et l'été, le réchauffement climatique à cette période entraînant d’une part la plus grande mobilité de la tique et de l’autre, des enfants vêtus plus légèrement, pantalon court et t-shirt, exposant la peau aux possibles morsures indolores de tiques qui se fixe par contact, en marchant dans les herbes hautes par exemple. Il n’y a aucune restriction d’âge ou de sexe, tous étant susceptibles d'être infecté. Toutefois, on observe une moins grande prévalence chez le petit enfant, soit avant l’âge de 3 ans, ainsi qu’un pic d’incidence chez les enfants de 5 à 9 ans et les adultes de plus de 35 ans. Une fois la maladie établie, la sévérité de l’atteinte varie en symptômes, du plus simple avec migraines et grande fatigue, au plus complexe avec pathologies cardiaques, neurologiques et surtout douleurs articulaires de type arthrite rhumatoïde.  Il est à savoir que ces prodromes (symptômes initiaux) peuvent évoluer sur plusieurs mois ...  


Certaines régions, par la présence confirmée de tiques porteuses de la Borréliose sont plus à risque...


Au Canada

* Sud de la Colombie-Btitanique

* Sud-est et le cente-sud du Manitoba

* Sud et l’est de l’Ontario

* Sud du Québec 

* Sud du Nouveau-Brunswick et l'île Grand Manan

* la rive sud et le nord de la Nouvelle-Écosse
En France
 
* Alsace

* Champagne - Ardennes


* Franche - Comté

* Limousin

* Rhône-Alpes






Les méthodes de prévention 

Les enfants, et les adultes, devraient lors de leurs balades en nature : 

* Évitez de porter des sandales, préférez les chaussures fermées et le port de chaussettes 

* Se vêtir de vêtements au couleur clairs, chandails à manches longues et pantalons longs

* Enfilez le bas des pantalons dans les chaussettes 

* Utilisez un révulsif à insecte naturel, ici

Picture
ET en plus de ces précautions, vous devez SURTOUT : Effectuez une inspection complète (jambes, bras, torse, tête, oreilles, etc.) à la recherche de tiques chez vos enfants et sur vous-mêmes! 

Si vous ne détectez la présence d’aucune tique, tout va pour le mieux!

Dans le cas contraire…




Que faire en cas de morsures de tiques

Si vous découvrez une tique sur la peau de votre enfant, il est important de la retirer rapidement afin de prévenir la contamination, sachant qu’une tique infectée peut transmettre la maladie à l’hôte après un délai d’environ 12 heures. Toutefois, il y a quelques précautions à prendre :

* N’utilisez pas d’huiles essentielles, d’alcool à friction ou quelques ‘’désinfectants’’ directement sur la tique avant son extraction. Cette technique aurait pour conséquence de faire ‘’régurgiter’’ la tique dans l’organisme, ce qui augmente les risques de contamination. 

* À l'aide d'une pince à épiler, saisissez délicatement la tique le plus près possible de la peau, évitant ainsi d’écraser la tique. Tirez-la doucement, mais fermement (vous pourriez aussi utiliser une tire-tique, vendu en pharmacie qui facilitera cette opération) 

* Nettoyez soigneusement la région de la morsure au savon et à l'eau, puis désinfectez la plaie.

Picture
Tire-tique
** Il est recommandé de garder la tique dans un petit récipient (sac) en plastique étanche, il vous sera alors possible de la faire examiner si votre enfant développe les symptômes de la maladie dans les semaines suivant la morsure.

Ensuite, vous DEVEZ surveiller, s’il y a apparition d’un érythème migrant, soit le seul élément pathognomonique, qui apparaîtra dans les 30 jours suivant la morsure, habituellement dans la première semaine et présent chez 80% des individus atteint de la maladie. IMPORTANT : la vérification doit être effectuée sur l’ensemble du corps de l’enfant, car contrairement à l’adulte, l’érythème migrant n’apparaît pas nécessairement à l’endroit de la morsure!  Aussi, soyez attentif 
et consultez si votre enfant développe des symptômes de type grippaux (fièvre, grande fatigue et douleurs articulaires), typiques du stade initial de la maladie de Lyme…  

Exemples d'érythèmes migrants, qui parfois peuvent être beaucoup plus étendus... D'où l'importance de bien examiner l'enfant! 


Profitez bien de l'été! La Nature nous offre détente, réconfort et découverte, mais nous devons restez vigilent! ;)



Copyright © 2014, Phytopédiatrie par Natacha Soulard
]]>
<![CDATA[LE PRINTEMPS, LA PRIMEVÈRE ET L'ENFANT...]]>Mon, 31 Mar 2014 14:08:24 GMThttp://phytopediatrie.com/blog/le-printemps-la-primevre-et-lenfant
AH! Le retour du printemps! Les doux rayons du soleil, le chant des oiseaux au petit matin, la renaissance, la nature... On s'empresse de contempler les minuscules bourgeons sur les branches des arbres à peine dégivrées et les délicats brins d'herbes qui reverdissent les prés, les sous-bois, les clairières.

                  C'est dans ce contexte de renouveau, qu'apparaît... 
                                                  la Primevère!

Fleurissant des mois de mars à mai et arborant de jolies fleurs retombantes jaune clairs ou dorées, elle enjolive nos sols et fournit aux abeilles un nectar très recherché à cette période de l'année où la nature s'éveille lentement, insidieusement. Sa racine latine est particulièrement légitime, Primula officinale, émanant de Prima ou la première... des fleurs!

Les propriétés médicinales de la Primevère, traditionnellement appelée ‘’Coucou’’, sont diverses. Elle est légèrement diurétique, calmante et antispasmodique, nettement expectorante. En ce sens, on l'emploiera favorablement dans maintes affections pulmonaires simples où il est nécessaire de fluidifier et d'évacuer le mucus résultant de stases bronchiques. Très utile aussi suite aux refroidissements et en début de grippe, favorisant la diurèse et libérant les voies respiratoires.


Cueillette et utilisation

On veillera à cueillir les fleurs, soit la corolle et le calice, bien écloses mais non flétries. Pour un maximum d'efficacité, les fleurs fraîchement récoltées seront finement hachées et infusées. Concernant les proportions, on utilisera : une part de fleurs pour 4 part d'eau bouillante, couvrir et laissez reposer une dizaine de minutes. Filtrez et ajoutez du miel à volonté! On proposera cette préparation chaude ou froide, à raison d'une cuillère à café, toutes les 2 heures pour tarir la toux ou simplement pour prévenir son apparition dès les premiers frissons.

IMPORTANT : ATTENTION, il est à savoir qu'il existe quelques variétés de Primula cultivées en pots, décoratives. Il s'agit de cultivars exotiques (Primula obconica, sinensis, cortusoïdes, sieboldi, mollis) qui sont TOXIQUES. Donc strictement rien à voir avec la Primevère sauvage!


Finalement, la Primevère est un allié fiable, disponible, pour toutes mamans souhaitant soigner naturellement et efficacement ses enfants.  Bonne cueillette ! 




Copyright © 2014, Phytopédiatrie par Natacha Soulard

]]>